Comment éclairer correctement son salon ?

Dans un salon, le choix des luminaires doit être soigneusement réfléchi pour avoir une ambiance à la fois chaleureusecosy et fonctionnelle. Pièce de vie où l’on passe beaucoup de temps, seul ou en famille, il a des besoins d’éclairage variables selon les moments de la journée et les activités.

Quelques règles simples et faciles à appliquer permettent de choisir au mieux les luminaires de salon !

1) Varier les sources

Le principe de base pour réussir l’éclairage de son salon doit être de varier les sources lumineuses. Lampadaires, suspensions, appliques, lampes d’appoint… en multipliant les points lumineux, on installe un éclairage qui apporte relief et vie au salon.

De plus, il faut pouvoir moduler l’apport lumineux selon l’heure de la journée, la saison, le temps qu’il fait, mais aussi son activité, qu’on y lise un livre ou qu’on y reçoive des amis.

2) Trouver l’implantation appropriée

Il convient de répartir correctement les sources lumineuses pour obtenir un éclairage uniforme et harmonieux.

En effet, il vaut mieux éviter d’avoir des zones mal (ou pas du tout) éclairées, réduisant la sensation de volume dans la pièce. Pour cela, il faut prévoir un éclairage général positionné au plafond, qui peut prendre la forme d’une grande suspension, de plafonnier ou de lumières encastrées type spots à LED, répartis de manière homogène.

Cependant, ces éclairages ont tendance à aplatir et à écraser la pièce, il faut donc les contrebalancer par des lumières ponctuelles plus douces, comme des lampes d’appoint posées sur des meubles, ou une liseuse près d’un canapé, qui apporteront du relief à l’ensemble.

3) Penser la puissance d’éclairage

Pour un salon que l’on souhaite correctement éclairé et convivial, on estime qu’il faut une intensité lumineuse comprise entre 100 et 150 lux. Pour y parvenir, il vous suffit d’utiliser cette méthode de calcul : lumens/m² = lux, et de répartir le flux lumineux (lumens) de vos lampes selon les besoins définis.

4) Choisir la température de couleur adaptée

L’autre élément déterminant dans le choix de vos ampoules est la température de couleur. Cette variable est exprimée en degré Kelvin (K) et détermine l’aspect chromatique de la lumière. Plus la valeur est faible, plus la lumière sera chaude (voire jaune).

Selon les goûts et l’ambiance recherchée on optera donc pour des lumières dites « chaudes » ou « blanc brillant », que l’on trouvera parmi les LED, les ampoules fluocompactes ou halogènes.

5) Opter pour un éclairage variable

Afin de varier l’intensité lumineuse d’une pièce, on peut aussi opter pour des éclairages montés sur variateurs. Généralement couplé avec l’interrupteur, le variateur permet de nuancer facilement la puissance d’une ou plusieurs lampes avec une maximale déterminée. Attention cependant au moment de l’achat de vos ampoules à bien vérifier que celles-ci sont dimmables, ce qui n’est pas toujours le cas pour les LED.

Cette solution permet aussi de réaliser des économies d’énergie en maîtrisant sa consommation.

6) Installer des prises commandées

Pensez aussi à vous simplifier la vie en choisissant des prises commandées. Si les interrupteurs positionnés à l’entrée de la pièce commandent généralement les éclairages encastrés (suspensions, spots, appliques murales), les lampes indépendantes doivent être allumées manuellement et individuellement.

Afin d’en finir avec les contorsions, vous pouvez demander à un électricien d’installer des prises dans lesquelles le courant ne sera délivré que si un interrupteur les commande. Vous pouvez ainsi regrouper toutes les commandes au même endroit et allumer ou éteindre l’ensemble des éclairages de la pièce.

7) Répartir l’éclairage direct et indirect

La manière dont l’éclairage est diffusé dans la pièce doit aussi être prise en compte pour obtenir une ambiance lumineuse agréable.

En effet, si votre œil est en contact direct avec une ampoule au flux lumineux fort, cela risque d’être inconfortable au quotidien et de vous éblouir. Positionnez donc les lampes aux ampoules nues, type ampoules à filament très en vogue actuellement, de manière parcimonieuse et n’oubliez pas qu’elles sont surtout décoratives avec un éclairage faible.

Optez pour des lampes en verre dépoli, sous forme de globe par exemple, qui diffusent une lumière homogène et douce. Les traditionnels abat-jour protègent tout en apportant une touche décorative à votre salon. Quant aux éclairages directs type spots, choisissez-les avec un taux de lumens faible, quitte à en mettre plus.

8) Choisir des modèles adaptés aux dimensions du salon

Le choix du format de vos luminaires doit se faire en fonction des proportions du salon. Ainsi un grand salon pourra accueillir des lampadaires version XXL qui sauront aussi habiller l’espace et offriront un ensemble cohérent avec l’ameublement. Véritable pièce de mobilier tout en étant objet de décoration, les lampes doivent s’inscrire dans le style de votre salon.

Pour un petit espace, mieux vaut miser sur des liseuses ou des luminaires fixés aux murs afin de libérer de la place au sol.

9) Positionner à la bonne hauteur

Si la question ne se pose pas pour un lampadaire ou une lampe à poser, la hauteur de positionnement des appliques peut être source de questionnement.

Avec une hauteur standard de 2,50 m sous plafond, il faut positionner l’applique à 1,80 m du sol. Vous pouvez ajuster de quelques centimètres selon la forme de la lampe ou si vous souhaitez éclairer un point plus précisément, comme avec une applique à bras notamment. 


Pour une suspension, la hauteur normative est de 2,15 m, afin de circuler librement. Mais on peut la positionner plus bas, au-dessus d’une table basse par exemple, sans aller sous 1,80 m de hauteur.

Maintenant à vous d’éclairer votre salon selon vos envies !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :